Suivez CBI IMMO Strombeek

Suivez CBI IMMO Meise

Suivez CBI IMMO Vilvoorde


NOUVELLES

28/03/2019

NEWSLETTER #64 I le 28 mars 2019

 

Si vous ne pouvez pas lire ce mail, cliquez ici.

CBI IMMO

 

Newsletter #64 Mars 2019

"NEC SCIRE FAS EST OMNIA"
(ON NE PEUT PAS TOUT SAVOIR)

Restez branchés? Lisez notre 'newsletter'
Vous y trouverez soit d'importants articles sur l'immobilier soit un aperçu des dernières nouvelles!
Les nouveaux projets 'en cours de préparation' ou les biens mis en évidence y seront repris également.
Si vous désirez recevoir de plus amples renseignements sur un de ces sujets, contactez-nous et nous vous enverrons un dossier complet.

CBI IMMO VEUT QUE VOUS APPRENIEZ TOUS LES JOURS...

 

7 conseils pour un nettoyage aussi efficace que rapide!

Nettoyer, aspirer, laver les vitres, prendre les poussières : les premiers rayons du soleil nous rappellent qu’il est temps de procéder à un nettoyage de printemps !

D’accord, ce n’est certainement pas notre activité favorite… Dès lors, comment le faire le plus efficacement possible ? Nous vous donnons 7 conseils pratiques pour que tout se passe rapidement et le plus efficacement possible.

Conseil n°1 : La fin des plis sur le linge

Si vous voulez des vêtements non froissés, retirez le linge de la machine à laver immédiatement après l’avoir lavé et suspendez le sur des cintres. De cette façon, vos vêtements sèchent plus ou moins sans plis. Cela permet d’économiser pas mal de repassage.

<Savoir plus>

 
 
 

NOUVEAU PROJET: RÉSIDENCE HET KASTEEL (WOLVERTEM)

 

HET KASTEEL sera une demeure pour des personnes agées, ainsi que pour des jeunes familles. Pour les investisseurs, cette nouvelle résidence offrira une rentabilité attractive, grâce à son efficacité énergétique BEN (Presque-Energie-Neutral). Ce genre de bien "BEN" est intéressant pour le marché locatif, car il n'offre pas seulement une bonne survalue potentielle, mais également une exemption du précompte immobilier de 50% pendant 5 ans.

Le projet se compose d'un seul volume bâti, de style architectural contemporain et intemporel. Tous les appartements disposent d'un jardin ou d'une terrasse, orientée sud. Il y a un bon mix d'appartements plus petits et plus grands, chaque avec leur propre charactère, plein de luminosité et avec espace extérieur privatif. Les façades sobres, contemporaines et minimalistes ayant de grandes fénêtres garantissent une ambiance de lumière et d’espace. Les briques de façade combinées avec quelques accents en bois rendent l’immeuble encore plus attrayant. Le projet aura également un espace vert commun avec un abri de vélo et le sous-sol contiendra 28 emplacements de voiture et 18 caves privatives. 

Belle finition standard, cahier de charges de qualité. Travaux de démolution terminés , livraison prévue 2020/Q4.

Aussi curieux de ce projet? Assurez-vous de regarder la vidéo drone suivante qui vous convaincra:https://vimeo.com/306769208

Savoir plus sur <"HETKASTEEL">

 
 

Notre sélection

         
     

Appartement unique
Bruxelles
Savoir Plus >
 

Maison 3 façades
Londerzeel
Savoir plus >
 
Villa

Meise
Savoir plus >

Autres nouvelles!

 

À partir de samedi 16/03, un appartement modèle sera disponible dans la résidence "Guillaume & Henriette" à Wolvertem. Service permanent tous les mercredis entre 16h30 et 18h (sauf le 01/05) et tous les samedis de 10h à 12h (sauf le week-end de Pâques). Pour plus d'informations sur la résidence "Het Kasteel" à Wolvertem, vous êtes également bienvenus dans l'appartement modèle. Adresse: Hoogstraat 61 1861 Wolvertem.

La journée portes ouvertes CBI-IMMO est de retour! Nous espérons vous recevoir en masse le dimanche 28/04 dans les biens participants. Surveillez notre site pour plus d’informations: www.cbi-immo.be.


CBI-IMMO est en règle avec la législation GDPR

Nous avons ajouter un certificat HTTPS à notre site. Ceci veut dire que vous pouvez nous transmettre vos informations personnelles sans soucis au niveau de sécurité!

www.cbi-immo.be 
  
L'équipe CBI IMMO

 

Au travail

 
Je veux acheter ou louer >   Je veux vendre ou louer >   Je veux une
estimation  gratuite >
 
 

Je veux m'enregistrer avec mes critères de recherche
afin d'être informé automatiquement des nouveaux biens. >

 

Contactez CBI IMMO pour la gestion (complète) de vos biens immobiliers
(Gestion immobilière)

 

Tout près de chez vous

 
CBI IMMO - Strombeek
Verbeytstraat 1 bus 1
02 267 60 75
strombeek@cbi-immo.be
  CBI IMMO - Meise
Nieuwelaan 58
02 262 45 78
meise@cbi-immo.be
  CBI IMMO - Vilvoorde
Hendrik I lei 5
02 253 13 83
vilvoorde@cbi-immo.be
 
 

www.cbi-immo.be

 

Vous préférez ne plus recevoir la newsletter? Cliquez ici.

Notre sélection

Pour plus d'informations clicquez sur les photo

Autres nouvelles!

Les travaux de démolition du projet de nouvel construction "Het Kasteel" à Wolvertem ont commencer! à partir de 15/03, il y aura également un appartement de modèle du promoteur COGIVA disponible. Jetez un coup d'oeil sur notre site pour avoir plus d'informations sur ce projet : https://www.cbi-immo.be/fr/nouvelles-constructions/het-kasteel.html



PORTE OUVERTE RÉSIDENCE PARKVIEW À VILVORDE
DIMANCHE 24/02/2019 entre 14h - 17h
Pour plus d'informations contactez CBI IMMO VILVOORDE (02/253.13.83 ou vilvoorde@cbi-immo.be) : https://www.cbi-immo.be/fr/nouvelles-constructions/res.-parkview.html

21/02/2019

NEWSLETTER #63 I le 21 Février 2019

En finir avec le stress du déménagement

À quoi devez-vous faire attention lorsque vous communiquez avec une entreprise de déménagement ? Existe-t-il des accords avec les locataires ? Qu’en est-il des contrats énergétiques ? Qu’est-ce que vous ne pouvez pas oublier concernant vos enfants, voire vos animaux domestiques ?

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir un planning de déménagement et obtenez un programme sur mesure. Nous commençons trois mois avant le jour J. Nous évoluerons ensuite jusqu’au grand jour du déménagement. Entretemps, vous recevrez des conseils spécifiques afin de vous faciliter votre déménagement.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Pour commencer, nous vous demandons une série d’informations générales :

  • Où habitez-vous actuellement ?
  • Où déménagez-vous ?
  • Êtes-vous actuellement propriétaire ou locataire ? Qu’en est-il dans votre nouvelle habitation ?
  • Quand déménagez-vous ?
  • Êtes-vous étudiant, chercheur d’emploi, salarié ou indépendant ?
  • Avez-vous des animaux, des enfants, des abonnements ?
  • Allez-vous construire à neuf ou acheter ?

Sur base de ces données, vous recevrez un package de démarches à effectuer dans votre messagerie. Au boulot !

Nouveau projet: Les Terrasses Parc Scheutbos (Molenbeek-Saint-Jean)

La résidence "Les Terrasses Parc Scheutbos" est située à la périphérie ouest de la Région de Bruxelles-Capitale, au bord du parc forestier de scheutbos, à seulement quelques minutes de la capitale bruxelloise, de diverses options de transports en commun et de bonnes routes vers les grands axes de circulation de notre pays! Cette résidence se distingue par son design architectural élégant et intemporel.

Chaque appartement a ses propres atouts et est construit et fini avec des matériaux durables, solides et de haute qualité. Le confort de vie et la construction écologique sont considérés comme un point de départ important. Quelques atouts:

- Techniques d'efficacité énergétique (PEB: classe énergétique A)

- grandes fenêtres et un aménagement fonctionnel des pièces

- grandes terrasses

- Places de parking fermées maar beter nog couvertes of dans le bâtiment au sous-sol …

- Jardin commun pour les habitants

Clicquez-ici pour plus d'info


Notre sélection

Pour plus d'informations clicquez sur les photo

Autres nouvelles!

Les travaux de démolition du projet de nouvel construction "Het Kasteel" à Wolvertem ont commencer! à partir de 15/03, il y aura également un appartement de modèle du promoteur COGIVA disponible. Jetez un coup d'oeil sur notre site pour avoir plus d'informations sur ce projet : https://www.cbi-immo.be/fr/nouvelles-constructions/het-kasteel.html



PORTE OUVERTE RÉSIDENCE PARKVIEW À VILVORDE
DIMANCHE 24/02/2019 entre 14h - 17h
Pour plus d'informations contactez CBI IMMO VILVOORDE (02/253.13.83 ou vilvoorde@cbi-immo.be) : https://www.cbi-immo.be/fr/nouvelles-constructions/res.-parkview.html

18/02/2019

Planifiez votre déménagement jusque dans les moindres détails

Lors d’un déménagement, vous devez faire bien plus que déplacer des meubles de votre ancienne vers votre nouvelle maison. Les principales démarches doivent être effectuées des semaines, voire des mois avant la date. Vous voulez être certain de n’avoir rien oublié ? Demandez gratuitement votre planning de déménagement.

En finir avec le stress du déménagement

À quoi devez-vous faire attention lorsque vous communiquez avec une entreprise de déménagement ? Existe-t-il des accords avec les locataires ? Qu’en est-il des contrats énergétiques ? Qu’est-ce que vous ne pouvez pas oublier concernant vos enfants, voire vos animaux domestiques ?

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir un planning de déménagement et obtenez un programme sur mesure. Nous commençons trois mois avant le jour J. Nous évoluerons ensuite jusqu’au grand jour du déménagement. Entretemps, vous recevrez des conseils spécifiques afin de vous faciliter votre déménagement.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Pour commencer, nous vous demandons une série d’informations générales :

  • Où habitez-vous actuellement ?
  • Où déménagez-vous ?
  • Êtes-vous actuellement propriétaire ou locataire ? Qu’en est-il dans votre nouvelle habitation ?
  • Quand déménagez-vous ?
  • Êtes-vous étudiant, chercheur d’emploi, salarié ou indépendant ?
  • Avez-vous des animaux, des enfants, des abonnements ?
  • Allez-vous construire à neuf ou acheter ?

Sur base de ces données, vous recevrez un package de démarches à effectuer dans votre messagerie. Au boulot !



17/01/2019

Construction écoénergétique: quelques règles empiriques

À l’heure actuelle, les astuces et les consignes relatives à la construction écoénergétique sont si nombreuses qu’il est facile de perdre le fil. Voici néanmoins quatre règles d’or qui vous permettront d’obtenir systématiquement un résultat plus qu’acceptable en termes d’efficacité énergétique.

Optez pour un emplacement écoénergétique

Peu de personnes s’y attardent, mais la construction d’une maison très basse énergiecommence dès le choix de l’emplacement. Si votre habitation située dans un quartier résidentiel ou à proximité, vous serez beaucoup moins dépendant de l’utilisation d’une (deuxième) voiture. Lorsque vous achetez un terrain à bâtir , tenez donc compte de la proximité des magasins, des écoles et de votre lieu de travail.

Aménagez votre habitation de manière à réaliser des économies d’énergie

Au moment de déterminer l’implantation de votre maison, soyez attentif à son orientation. Veillez à ce que les pièces de vie soient essentiellement orientées au sud et à ce que les pièces moins utilisées soient davantage orientées vers le nord. De cette manière, vous bénéficierez d’une chaleur naturelle au sud et les pièces situées au nord serviront d’isolant supplémentaire en hiver. L’installation de baies vitrées supplémentaires en vitrage haute performance sur les murs orientés au sud vous garantira un apport de chaleur additionnel grâce à la lumière du soleil. Assurez-vous également de doter ces baies vitrées de protections solaires pour les journées chaudes de l’été.

L’agencement de votre maison déterminera en grande partie son efficacité énergétique. Il est, par exemple, recommandé de placer les pièces techniques et sanitaires à côté ou au-dessus de la cuisine. Vous limiterez ainsi la longueur des canalisations sanitaires et disposerez plus rapidement d’eau chaude au robinet, tout en réduisant les pertes d’eau et de chaleur.

Veillez à une isolation efficace

Vous aurez beau pourvoir votre maison de toutes sortes de matériaux isolants, si vous ne les employez pas à bon escient, les pertes seront dans tous les cas colossales. Adoptez, par conséquent, une approche bien réfléchie en ce qui concerne l’isolation de votre habitation. L’isolation du sol et de la toiture joue un rôle essentiel dans l’efficacité énergétique d’une maison. On parle beaucoup de l’isolation de la toiture, mais l’isolation du sol est au moins aussi importante. Dewaele associe une chape massive à un vaste package d’isolation, ce qui vous permet d’atteindre aisément le niveau E imposé par la loi.

Des murs bien isolés garantissent, en outre, le maintien d’une température intérieure stable, indépendamment de la saison ou des conditions météorologiques. Puisque Dewaele utilise des cloisons à ossature bois , vous avez toujours une longueur d’avance. Mieux : puisque l’isolation est intégrée dans les murs, vous gagnez une place considérable !

Pour tirer le meilleur parti de votre épaisseur de mur, combinez cette stratégie à un matériau isolant supplémentaire dans les murs creux.

Assurez-vous, par ailleurs, que l’enveloppe du bâtiment est entièrement étanche à l’airpour éviter les déperditions de chaleur. Toute forme de perte de chaleur aura un impact direct sur votre consommation énergétique.

Préférez les associations écoénergétiques

Si l’association d’un chauffage par le sol et d’une chaudière à condensation gaz était auparavant la plus populaire, on privilégie aujourd’hui une pompe à chaleur air/eau combinée à des panneaux photovoltaïques. Cette solution garantit à elle seule une consommation énergétique sensiblement inférieure et vous permet, dans la foulée, de faire baisser votre niveau E. Mieux vaut également la combiner avec un système de chauffage par le sol. Étant donné que le chauffage par le sol requiert des températures de chaudière moins élevées, vous réalisez automatiquement des économies d’énergie. Sans oublier l’agréable sensation de la chaleur du foyer !

18/12/2018

La garantie locative va passer de 2 à 3 mois de loyer

Le gouvernement flamand a approuvé vendredi le projet de décret sur les baux à loyer, un texte concernant une compétence passée aux Régions dans le cadre de la sixième réforme de l'Etat. La mesure la plus marquante en est le passage de la garantie locative de deux à trois mois de loyer.

La garantie locative est passée de deux à trois mois de loyer" a déclaré la ministre flamande du Logement Liesbeth Homans (N-VA). L’augmentation de la garantie locative avait provoqué de nombreuses discussions au sein de la majorité flamande. Le CD&V n'était, à l'origine, pas en faveur de cette augmentation, mais elle a été assortie d'une série de mesures qui ont mis tous les partis du gouvernement flamand d'accord.

La possibilité d'un règlement de garantie par prêt, anonyme et sans intérêts, accordé par les pouvoirs publiques a été créée. Le CD&V a insisté pour que l'augmentation de la garantie locative n'entre en vigueur qu'au moment de la disponibilité du prêt sans intérêts.

Le décret facilite par ailleurs la résiliation des contrats de bail pour des raisons de rénovation. Les locataires seront aussi, désormais, obligés de souscrire à une assurance pour les dégâts des eaux. Si le bien mis en location ne correspond pas à la description qui en a été faite par le propriétaire le contrat de location pourra être annulé et le loyer remboursé.

Pour le reste le bail classique de 3- 6 -9 reste d’application. La garantie locative ne pourra plus être payée en liquide mais devra être bloquée sur un compte en banque.
Le texte sera soumis au vote des parlementaires flamands dans les premiers mois de 2018.

19/11/2018

Attention : l’année prochaine, construire coûtera 15.600 euros de plus

Attention : l’année prochaine, construire coûtera 15.600 euros de plus

Les matériaux de construction seront, au 1er janvier 2019, plus chers. Les prix de certains matériaux comme le béton, le ciment, l’asphalte, les toitures et la peinture augmenteront même de 8 à 15%. C’est ce qui ressort clairement d’une enquête menée auprès des entreprises de construction par l’organisation sectorielle, Bouwunie.

Bouwunie a calculé que si vous construisez, vous devrez augmenter le budget de 4,5%. Un surcoût de 15.600 euros pour une maison moyenne.

Chaque année, les prix des matériaux de construction augmentent en moyenne de 3 à 6%. Mais certains produits vont augmenter beaucoup plus dès janvier. Sable, granulats, ciment, béton… Certains augmenteront même de 15%. Les prix de l’asphalte et des toitures augmenteront de 10% et ceux de la peinture de 8%. Les augmentations de prix normales se situent entre 2 et 5%. Aujourd’hui, nous constatons que les hausses pour toute une série de matériaux sont nettement plus élevées. Les entrepreneurs le répercuteront chez leurs clients dans les nouveaux contrats » explique Jean-Pierre Waeytens, directeur général de Bouwunie, à Le Tijd.

Des habitations 4,54% plus chères

Bouwunie a calculé que si vous construisez, vous devrez augmenter le budget de 4,5%. Un surcoût de 15.600 euros pour une maison moyenne. C’est plus du double du taux d’inflation. En cause ? Il y a une réelle pénurie de certaines matières premières et les coûts de transport grimpent en flèche. « Le sable et le béton sont souvent transportés par bateau. Les faibles niveaux des rivières l’été dernier ont imposé des charges moins importantes des navires. Cela conduit à des prix plus élevés » poursuit monsieur Waeytens.

22/10/2018

Les panneaux solaires sont-ils encore rentables en 2018 ?

Bricoler les sanitaires est populaire chez les personnes effectuant des travaux eux-mêmes.

Les panneaux solaires constituent-ils encore un investissement rentable ? Dans cet article, nous faisons un tour d’horizon des différents subsides et primes en vigueur dans notre pays, exemples pratiques à l’appui.

Afin de se conformer aux obligations de plus en plus draconiennes en matière d’énergie renouvelable et de réduire leur empreinte écologique, un nombre sans cesse croissant de consommateurs sont à l’affût de moyens permettant de diminuer durablement leur facture énergétique. La décision des autorités de mettre progressivement un terme à toute une série de subsides, voire à carrément les supprimer, incite bon nombre de nos compatriotes à s’interroger quant à la pertinence d’investir dans des mesures d’économie d’énergie. La question se pose notamment en matière de panneaux solaires. Quoi qu’il en soit, même en 2018, une installation PV demeure bel et bien rentable.

Via lumiworld.be

Pourquoi est-ce le moment d’investir dans des panneaux photovoltaïques ?

  • Ils n’ont jamais été aussi bon marché.
  • La qualité ne cesse de s’améliorer.
  • Votre facture d’énergie diminue de manière substantielle.
  • Ils possèdent une durée de vie d’environ 25 ans.
  • Vous récupérez votre investissement en 10 ans.
  • Ils nécessitent peu d’entretien.
  • Qu’il s’agisse de bâtiments neufs ou rénovés, ils permettent de satisfaire aux nouvelles normes PEB.
  • Les habitations de plus de 10 ans bénéficient d’un taux de TVA réduit (6 % au lieu de 21 %).

>> Téléchargez aussi notre ebook : Tout ce qu’il faut savoir à propos des panneaux solaires domestiques

Les subsides en vigueur en 2018

Bien que la tendance soit à la diminution des aides publiques, voire à leur suppression, une installation photovoltaïque demeure un investissement intéressant en raison du prix avantageux des panneaux et de leur rendement. Vous trouverez ci-après un récapitulatif de la situation actuelle région par région.

RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

  • En Région bruxelloise, si vous produisez de l’électricité verte au moyen de panneaux photovoltaïques ou de toute autre source d’énergie renouvelable, vous avez droit à des certificats verts. Ceux-ci s’apparentent à des bons à valoir que vous revendez à votre gestionnaire de réseau au prix du marché. Chaque gestionnaire de réseau est tenu de respecter un quota annuel. Les quotas étant connus jusqu’en 2025, les habitants de la Région de Bruxelles-Capitale ont encore quelques belles années devant eux pour profiter de ce type de subsides.
  • Depuis le 1er septembre 2017, si vous prévoyez d’installer des panneaux photovoltaïques en Région bruxelloise, vous pouvez bénéficier d’un Prêt Vert Bruxellois.
  • Dans le futur, le déploiement de compteurs numériques pourrait avoir une incidence sur le système des compteurs tournant à l’envers. Hormis un projet pilote en 2017, aucune décision n’a été prise à ce jour en matière de déploiement et de compensation en Région bruxelloise.

RÉGION FLAMANDE

  • Jusqu’à fin 2018, vous avez la possibilité de contracter un crédit énergie à un taux avantageux. Les personnes vulnérables ou disposant de revenus modestes qui louent leur habitation par l’intermédiaire d’une agence immobilière sociale peuvent emprunter maximum 15 000 euros à un taux de 0 %. Si vous n’appartenez pas à cette catégorie, le taux appliqué est de 2 %.
  • En 2016, le Gouvernement flamand a approuvé un plan soleilpermettant aux particuliers de participer à des projets relatifs aux énergies renouvelables.
  • Dès 2019, le gouvernement flamand procédera à l’installation progressive de compteurs numériques. Pour les ménages possédant une installation PV, le gouvernement garantit la poursuite du système du compteur tournant à l’envers pendant 15 ans. Les panneaux installés à partir du 30 décembre 2020 tomberont sous le coup d’un système compensatoire dont les modalités ne sont, à ce jour, pas connues.

RÉGION WALLONNE

  • Le 30 juin 2018, la Région wallonne a mis fin au régime des primes Qualiwatt. Le retour sur investissement d’une installation PV en Wallonie est désormais comparable à celui de la Flandre. Procédez ici à une estimation réaliste.
  • Le 1er janvier 2020, un « tarif prosumer » entrera également en vigueur en Wallonie.
  • À ce jour, très peu d’informations ont filtré concernant le déploiement des compteurs numériques et leur incidence sur le système des compteurs tournant à l’envers.

Subsides panneaux photovoltaïques

Exemples pratiques

EXEMPLE 1 : rentabilité des panneaux solaires en Région bruxelloise

Robert et Isabelle habitent au centre de Bruxelles. Leur consommation énergétique étant modérée, ils ont opté pour une installation de 2 500 kWh. Coût de l’investissement : 4 750 euros. Leur fournisseur d’électricité facture 0,27 euro/kWh, ce qui, sur base annuelle, représente une économie d’environ 675 euros.

Après certification de leur installation par Brugel, ils ont eu droit à des certificats verts d’une valeur approchant les 600 euros annuels et ce, pendant 10 ans. Le retour sur investissement est de 4 ans.

rendement panneaux solaires bruxelles

EXEMPLE 2 : rentabilité des panneaux solaires en Région flamande

Avant d’installer des panneaux photovoltaïques, Idriss et Elke ont déjà réalisé un certain nombre d’adaptations dans leur maison. Ils ont trois enfants et ont opté pour une installation de 3 500kWh.

Cette installation leur permet d’économiser +/- 945 euros sur leur facture annuelle d’électricité. Chaque année, ils payent le tarif prosumer, soit quelque 315 euros par an. Le prix de l’installation PV est de 5 000 à 6 000 euros.

Si l’on déduit le tarif prosumer (315 euros) du montant de l’économie réalisée grâce à l’installation PV (945 euros), on obtient une économie annuelle de 630 euros. Le retour sur investissement est de 8 à 10 ans.

rendement panneaux solaires flandres

EXEMPLE 3 : rentabilité des panneaux solaires en Wallonie

José, Philippe et leurs deux fils habitent à Namur. Ils font installer des panneaux photovoltaïques d’une capacité de 3 500kWh par un installateur certifié. Coût de l’installation : entre 5 000 et 6 000 euros. Chaque année, l’économie réalisée se monte à environ 900 euros. Dans ce cas précis, le retour sur investissement varie de 6 à 7 ans.

Quant aux modalités d’application du tarif prosumer, elles ne sont pas encore connues. Quoi qu’il en soit, le rendement d’une installation PV est toujours supérieur à n’importe quelle formule d’épargne ou de placement bancaire.

rendement panneaux solaires wallonie

18/09/2018

Les panneaux solaires sont-ils encore rentables en 2018 ?

Bricoler les sanitaires est populaire chez les personnes effectuant des travaux eux-mêmes.

Installation sanitaire : les 5 principales erreurs à éviter

Via: Livios.be

Bricoler les sanitaires est populaire chez les personnes effectuant des travaux eux-mêmes. Nous le voyons dans notre rubrique dédiée. Il est relativement facile de s’occuper de l’installation de ses toilettes, d’un lavabo ou d’une douche. Toutefois, dès le départ, les erreurs peuvent s’accumuler. Roel Van den Eynde, marketing manager chez Easykit, guide quotidiennement des candidats à la construction ou à la rénovation. Quelles sont les erreurs à absolument éviter ?

Quelles sont les erreurs à absolument éviter ?

Photo: Easykit Save

1. Mettre une trop grande distance entre le chauffe-eau et le robinet

« Dès le moment où vous ouvrez votre robinet, chaudière à gaz ou boiler vous délivre de l’eau chaude. Mais vos tuyaux contiennent encore de l’eau refroidie. Plus longue sera votre canalisation, plus l’eau devra s’écouler avant d’avoir de l’eau chaude. Il est donc important de limiter autant que possible la distance entre le dispositif fournissant l’eau chaude et les robinets » indique Roel Van den Eynde.

« Si votre chaudière est au grenier et que votre salle de bain est au rez-de-chaussée, vous pourriez attendre un certain temps avant d’avoir de l’eau chaude. Si la distance est de plus de dix mètres, vous gaspillez de l’eau et de l’énergie. »

Conseils supplémentaires :

  • Placez votre chauffe-eau à une place centrale. Peu importe si votre eau doit s’écouler vers le haut ou vers le bas. Cela n’a pas d’incidence sur le confort ressenti en matière d’eau chaude. La longueur de la tuyauterie, oui.
  • Saviez-vous qu’un lave-vaisselle produit lui-même son eau chaude ? Dans la cuisine, vous aurez principalement besoin d’eau chaude. Cela prend trop de temps d’obtenir l’eau chaude ? Un petit boiler électrique de 10 ou 15 litres d’eau est souvent la solution.
  • C’est un fait, votre chaudière doit être à l’intérieur des murs isolés.

« Si votre chaudière est au grenier et que votre salle de bain est au rez-de-chaussée, vous pourriez attendre un certain temps avant d’avoir de l’eau chaude. »

Photo: Remeha Save

Installation classique ou collecteur central ?

En règle générale, on compte deux types d’installation pour la distribution de votre eau sanitaire. Dans une installation classique, votre premier tuyau part de la chaudière. Du robinet A, un tuyau part vers le robinet B, etc.

Il est également possible d’installer un collecteur central aussi nommé réseau partagé. Ici, un tuyau principal par de la chaudière vers le collecteur. De là, chaque tuyau bénéficie d’un approvisionnement indépendant. « Un système pratique pour les bricoleurs. Pas besoin de placer des jonctions dans le sol, comme c’est le cas avec une installation classique », précise Van den Eynde.

Attention aux bactéries

Les deux systèmes ont leurs avantages, mais aussi des points de préoccupation. N’hésitez pas à faire appel à un expert pour des avis détaillés. Il y a une constante avec laquelle vous devez toujours composer : l’eau qui effectue de longs trajets et qui ne reste pas à la bonne température forme un terrain fertile aux bactéries. Pensez, entre autres, à la légionellose. Les réseaux longs et les zones de conservation sont plus sensibles à cela et peuvent contaminer le reste de vos tuyaux.

Vous n’utilisez pas un robinet durant une longue période ? Laissez l’eau couler un certain temps avant de la consommer à nouveau.

En règle générale, on compte deux types d’installation pour la distribution de votre eau sanitaire.

Photo: Easykit Save

2. Prévoir trop peu de débit

Tout comme la cuisine, la salle de bain est devenue un espace plus que fonctionnel. Nous exigeons plus de confort dans notre salle de bain. Raison pour laquelle nous devons accorder une attention particulière aux sanitaires, prévient Roel Van den Eynde. « Votre chauffe-eau doit fournir le débit suffisant (le nombre de litres par minute). Vous souhaitez une grande douche avec cinq sprinklers ou une grande baignoire ? Ayez les installations appropriées. Vous ne voudriez pas que votre douche de pluie ne soit qu’une légère brume…

Une bonne estimation du débit est aussi importante lorsque vous avez deux salles de bain. Si vous souhaitez fournir deux douches simultanément en eau chaude, une simple chaudière à gaz à condensation ne suffit pas. Vous devez opter pour un modèle plus conséquent. La plupart des marques disposent d’une offre à ce sujet. Elles prévoient une puissance inférieure pour le chauffage – nous isolons mieux – et augmentent celle prévue pour l’eau chaude sanitaire. »

Conseils supplémentaires

  • Vous rénovez ? La ligne d’alimentation de votre douche pourrait ne pas être assez large. « Les lignes d’alimentation standards pour les douches ont un diamètre de 16 mm. Si vous souhaitez une douche avec beaucoup d’eau, optez pour des tuyaux de 20 mm » conseille Roel Van den Eynde.
  • Pompe à chaleur ou boiler solaire ? Ne vous inquiétez pas pour l’eau chaude. Avec les bonnes dimensions, vous ne devriez avoir aucun problème. Deux facteurs importants interviennent ici : déterminez la capacité sur base du nombre de personnes habitant la maison, mais aussi sur le nombre de points d’eau.

Vous souhaitez une grande douche avec cinq sprinklers ou une grande baignoire ? Ayez les installations appropriées. Vous ne voudriez pas que votre douche de pluie ne soit qu’une légère brume…

Photo: Facq Save

3. Conserver des anciennes tuyauteries

En cas de grosses rénovations, vous rencontrez souvent des tuyaux anciens, en cuivre ou en fer. « Avoir un nouveau chauffage et une nouvelle ligne électrique est important, mais des nouvelles tuyauteries pour les sanitaires est un must absolu. Les tuyaux existants sont pleins de tartre et de saletés. Remplacez-les par des tuyaux flexibles auxquels rien ne peut attacher. »

Conseil supplémentaire

Vous envisagez d’installer un adoucisseur d’eau ? Avec des tuyaux anciens en cuivre, vous risquez l’apparition de fuite après que l’eau décalcarisée ne circule. Les changer est ici encore le message.

4. Laisser le champ libre au calcaire

« Beaucoup de ménages en Belgique reçoivent de l’eau contenant trop de calcaire. Lorsque vous chauffez l’eau, vos remarquez l’apparition rapide de tartre. Celui-ci se fixe à vos robinets, dans vos machines à laver, mais surtout aux éléments de chauffage comme la chaudière murale au gaz. Conséquence : la durée de vie de vos appareils se réduit considérablement et vous devez générer plus d’énergie pour obtenir la même température d’eau. Un adoucisseur est ici une solution, à condition que votre budget vous le permette. »

Conseil supplémentaire :

Vous n’avez pas le budget ? Préparez l’installation pour que vous puissiez aisément y ajouter un adoucisseur d’eau par la suite. De quoi avez-vous besoin ? Les bons connecteurs, les bons robinets, un robinet d’arrêt et une évacuation supplémentaire. « Attention » prévient Roel Van den Eynde, « les prix varient fortement. Comparez les différentes options. »

« Beaucoup de ménages reçoivent de l’eau contenant trop de calcaire. Lorsque vous chauffez l’eau, vos remarquez l’apparition rapide de tartre. »

Photo: FRANKE NV Save

5. Ne pas faire un usage optimal de l’eau de pluie

Vous êtes obligé d’installer un récupérateur d’eau de pluie ? Sachez que vous pouvez alors faire d’énormes économies sur l’eau potable. « Mais nous remarquons que nombre de personnes se limitent à connecter celui-ci à un robinet extérieur alors que l’eau de pluie peut être utilisée dans de nombreuses circonstances. »

Conseils supplémentaires:

Toutefois, vous devez installer de nombreuses stations intermédiaires pour amener votre eau de pluie au bon endroit. Roel Van den Eynde nous donne les conseils suivants :

  • La pompe ? Sur sol ou enterrée ? « Si votre pompe est correctement installée, vous ne devez pas craindre la pollution sonore. Voter pompe ne fonctionnera que si vous demandez de l’eau. L’alternative est une pompe immergée dans la citerne d’eau de pluie. Mais attention : c’est plus cher et ce qui se trouve dans l’eau a une durée de vie moins importante que les appareils conservés au sec. »
  • Les filtres ? Il est important d’avoir un filtre à sable, un filtre à poussière et un filtre à charbon actif. Ce dernier permet d’expurger l’eau de toute odeur et de toute couleur.
  • La commutation automatique vers l’eau potable lorsque la citerne est vide. Si votre citerne est sous-dimensionnée, vous devez faire attention à la qualité de ce commutateur automatique ; Il existe des alternatives manuelles. Vous pouvez aussi utiliser un système de recharge ou simplement un tuyau d’arrosage.
14/05/2018

Focus sur le nouveau décret flamand relatif à la mise en location de logements

Juste avant de partir en vacances l’été dernier, le gouvernement Bourgeois a approuvé l’avant-projet du décret flamand relatif à la mise en location de logements.

Focus sur le nouveau décret flamand relatif à la mise en location de logements

Via: immo-europe.be


Juste avant de partir en vacances l’été dernier, le gouvernement Bourgeois a approuvé l’avant-projet du décret flamand relatif à la mise en location de logements. Cette nouvelle législation devrait remplacer officiellement la loi actuelle en matière de mise en location de logements à partir du 1er septembre 2018. À compter de cette date, de nouvelles règles s’appliqueront aussi bien aux bailleurs qu’aux preneurs. Nous avons pris la peine de dresser pour vous la liste des changements induits par la nouvelle législation et en avons recensé pas moins de 17. Enfin, le décret relatif à la mise en location de logements est également mieux adapté aux nouvelles formes de vie en commun puisqu’il contient notamment des dispositions en matière de colocation et de logement des étudiants.

Qu’est-ce qui changera spécifiquement pour le locataire ?

• Les contrats de location de courte durée (trois ans maximum) pourront être résiliés unilatéralement et de manière anticipée par le preneur (les contrats de bail de neuf ans demeurent toutefois la règle), moyennant, toutefois, un délai de préavis de trois mois et une indemnité de préavis (d’un demi-mois en cas de résiliation lors de la troisième année du bail, d’un mois en cas de résiliation pendant la deuxième année du bail et d’un mois et demi en cas de résiliation lors de la première année du bail).

• Le locataire était déjà responsable des dommages occasionnés par le feu, mais à partir du 1er septembre 2018, il sera également responsable des dommages occasionnés par l’eau. Désormais, il devra par conséquent contracter une assurance couvrant aussi bien les dommages liés à l’incendie que les dégâts des eaux. Le preneur pourra contracter cette assurance soit à titre personnel, soit par l’intermédiaire du bailleur. Celui-ci répercutera toutefois sur le preneur le surcoût de la clause « d’abandon de recours à l’égard du locataire » intégrée à sa propre assurance incendie.

• Si des réparations à charge du bailleur se révèlent nécessaires, le preneur devra dorénavant l’en avertir en temps voulu. Le bailleur pourra ainsi intervenir rapidement et empêcher d’autres dégâts. Les petits travaux de réparation ou les réparations nécessaires à la suite d’une négligence de la part du preneur restent à la charge de ce dernier. Afin d’y voir clair, une liste (non limitative) des travaux relevant de la responsabilité du preneur sera établie.

• En cas de décès du preneur, ses héritiers auront deux mois pour décider s’ils souhaitent poursuivre le contrat de bail. Si tel n’est pas leur souhait, le contrat sera automatiquement dissous deux mois après le décès du preneur. Pendant ce délai, les héritiers devront toutefois encore payer le loyer ainsi qu’un mois d’indemnité de préavis.

• Lorsqu’un couple marié ou cohabitant légalement se sépare, le bailleur ne pourra plus réclamer de loyer au partenaire qui quitte le logement que pendant six mois au maximum. Dans l’état actuel des choses, le partenaire qui quitte le logement mis en location doit continuer de payer le loyer tant que le mariage n’a pas été dissous ou que le contrat de cohabitation légale n’a pas été résilié.

• La garantie locative maximale sur un compte bloqué sera portée de deux à trois mois.

• Dès que l’augmentation de la garantie locative aura été approuvée, les locataires aux revenus modestes pourront contracter anonymement auprès des autorités flamandes un prêt garantie locative sans intérêts afin de pouvoir constituer cette garantie locative.

Les contrats de bail de courte durée qui n’auront pas été enregistrés pourront dorénavant être résiliés sans délai ni indemnité de préavis. C’est déjà le cas actuellement pour les contrats de bail de neuf ans.

Qu’est-ce qui changera spécifiquement pour le bailleur ?

• Le bailleur pourra dorénavant réclamer au preneur un document confirmant son identité et son domicile et attestant ses revenus. Le bailleur ne pourra en revanche pas exiger du preneur qu’il produise des documents relatifs à son état de santé ou à ses antécédents judiciaires.

• Une amende de 350 euros pourra être infligée en cas d’annonce immobilière ne mentionnant pas le loyer à payer. Cette amende était jusqu’à présent plafonnée à 200 euros.

• Le bailleur pourra dorénavant résilier à tout moment les contrats de bail d’une durée supérieure à trois ans afin de rénover en profondeur l’immeuble. La nouvelle législation offrira par conséquent davantage de souplesse aux propriétaires qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation.

• Si des interventions sont réalisées afin d’améliorer les performances énergétiques du bien donné en location, le bailleur pourra à tout moment revoir le loyer à la hausse. Une révision du loyer ne peut normalement intervenir que dans une période de neuf à six mois avant la fin de chaque période de trois ans. Cette exception ne s’appliquera pas, toutefois, à l’isolation du toit et aux fenêtres. Ces interventions-là sont en effet obligatoires.

• Les conditions de résiliation en vue d’un usage personnel seront durcies. À partir de septembre, le bailleur désireux de louer son bien à un membre de sa famille (conjoint(e), partenaire cohabitant légalement, enfants, etc.) ne pourra le faire qu’après la première période locative de trois ans. Si le bailleur entend occuper lui-même l’immeuble, le contrat pourra toutefois être résilié plus tôt.

• Si le couple qui loue le logement se sépare sans parvenir à s’entendre sur la question de savoir qui va rester y vivre, le juge pourra dorénavant convoquer le bailleur avant de prendre une décision.

Qu’est-ce qui changera pour le bailleur et pour le preneur ?

• Le contrat de bail ne respecte pas les dispositions du code flamand du logement = pas de mise en location. En vertu du nouveau décret flamand relatif à la mise en location de logements, un logement ne pourra plus être mis en location que s’il répond aux normes de qualité du code flamand du logement. Si ces normes ne sont pas respectées au début du contrat de bail, ce dernier pourra être déclaré nul. Le preneur pourra alors exiger le remboursement du loyer qu’il a payé. Le bailleur, de son côté, pourra s’adresser à la justice afin d’obtenir que le preneur lui verse une indemnité d’occupation. Si le document signé est un bail à réhabilitation, cette « exigence de qualité » ne s’appliquera pas.

• Pour le bailleur, le certificat de conformité deviendra un atout important en vertu de la précédente disposition. Si, au début de la période de mise en location, il est en mesure de produire un certificat délivré au plus tard trois mois plus tôt, cela voudra dire que le logement a en principe été reçu en bon état. Le certificat de conformité n’est pas encore obligatoire, sauf après que le bailleur a résilié le contrat de bail en vue de réaliser des travaux de rénovation.

• L’état des lieux était déjà obligatoire au début de la période de location mais tant le preneur que le bailleur pourront également exiger, à partir de septembre, un état des lieux au terme du contrat de bail.

Dispositions légales en matière de colocation

• Grâce au nouveau décret relatif à la mise en location de logements, des amis vivant ensemble (et des cohabitants de fait) bénéficieront d’une meilleure protection. Si l’un des colocataires quitte la colocation, il pourra proposer un nouveau locataire. S’il ne le fait pas ou si les autres occupants de l’immeuble refusent que le candidat locataire intègre la colocation, l’ex-colocataire pourra encore se voir imposer de participer au loyer pendant une période de six mois au maximum. Si le locataire proposé est accepté, le colocataire qui décide de quitter la colocation ne devra plus contribuer au paiement du loyer une fois le délai de préavis écoulé.

16/04/2018

Flandre : droits d’enregistrement bientôt à 7% pour l’habitation propre

En Région flamande, l’acheteur d’une maison paiera bientôt 7% de droits d’enregistrement. C’est une décision du gouvernement flamand.

Flandre : droits d’enregistrement bientôt à 7% pour l’habitation propre

En Région flamande, l’acheteur d’une maison paiera bientôt 7% de droits d’enregistrement. C’est une décision du gouvernement flamand. Une réduction supplémentaire de 5.600 euros est d’application pour les habitations modestes. Le nouveau système devrait entrer en vigueur d’ici l’été. Via: www.axa.be

Fin du « régime normal» (groot beschrijf) et du « régime réduit » (klein beschrijf)

En Flandres, l’acheteur d’une habitation propre devra bientôt payer 7% de droits d’enregistrement. Les habitations modestes bénéficient d’une exonération sur les 80.000 premiers euros.

Lorsque vous achetez une maison ou un appartement, vous devez payer, en plus du prix d’achat, un droit fiscal : le droit d’enregistrement. Jusqu’à présent, ces droits d’enregistrement s’élevaient en Flandre à 10% du prix d’achat. Pour une habitation « modeste », un taux réduit de 5% était d’application. C’est ce qu’on appelait « régime normal » et « régime réduit ».

C’est le revenu cadastral (RC) qui déterminait jusqu’ici le régime à appliquer, normal ou réduit. Lorsqu’on sait que le RC représente la valeur locative qu’avait une habitation en 1975, on comprend immédiatement qu’il n’est plus du tout d’actualité. De par ce système totalement dépassé, il arrivait régulièrement que de vastes demeures situées à la campagne bénéficient, après rénovation et transformation, du régime réduit, alors que c’était impossible pour de petits appartements situés en ville. 92% des appartements - souvent occupés par des personnes isolées, des pensionnés ou de jeunes familles - étaient ainsi actuellement soumis au régime normal.

Vers une fiscalité plus équitable

Aujourd’hui, le gouvernement flamand instaure un taux non plus basé sur le revenu cadastral, mais sur le prix d’achat. L’acheteur d’une habitation propre devra désormais payer 7% de droits d’enregistrement, à condition qu’il s’agisse de sa seule habitation et qu’il l’occupe dans les deux ans.

Les habitations modestes - c’est-à-dire celles dont le prix d’achat ne dépasse pas 200.000 euros max. (220.000 euros dans les centres-villes ou dans la périphérie flamande autour de Bruxelles ) bénéficient d’une exonération sur les 80.000 premiers euros, soit une réduction de 5.600 euros. Les droits d’enregistrement tombent ainsi en dessous du taux « régime réduit », de quoi permettre à davantage de candidats propriétaires d’acquérir leur propre habitation.

Les droits d’enregistrement sur toutes les autres habitations, telles qu’une seconde résidence par exemple, restent fixés à 10%.

Incitant supplémentaire pour les rénovations visant des économies d’énergie

Pour ceux qui envisagent de rénover leur habitation pour la rendre moins énergivore et qui le font dans les cinq années suivant l’achat, les droits d’enregistrement s’élèveront à 6% au lieu de 7%, avec une exonération supplémentaire de 4.800 euros s’il s’agit d’une habitation modeste. Il faut pour cela que les rénovations en question impliquent le remplacement intégral des systèmes de chauffage, de climatisation, de circulation d’air, etc et l’isolation (ou le renforcement de l’isolation existante) d’au moins 75% de l’enveloppe extérieure.

Un exemple pratique : Catherine et Stéphane

Prenons l’exemple de Catherine et Stéphane de notre Guide Immo. Cette jeune famille qui compte 2 enfants (et aimerait en avoir un troisième) a une jolie maison en vue, mais elle nécessite d’importants travaux : une rénovation de l’isolation de la toiture, du plancher et des murs et un remplacement des fenêtres par du vitrage haut rendement. Des travaux qui nécessiteront également des modifications énergétiques dans la maison, notamment sa ventilation.

Dans l’ancien système, le montant des droits d’enregistrement aurait été calculé sur base du RC et donc sous le régime normal. Catherine et Stéphane auraient ainsi dû payer 17.000*euros de droits d’enregistrement sur le prix d’achat de 195.000 euros.

Dans le nouveau système, ce n’est pas à 7%, mais à 6% seulement que leurs droits d’enregistrement seront calculés et ce, grâce à leurs importantes rénovations énergétiques. Le prix d’achat de leur maison étant inférieur à 200.000 euros, 80.000 euros sont donc exonérés de droits d’enregistrement, plus 4.800 euros pour les rénovations visant des économies d’énergie. Un petit calcul ((195.000 – 84.800) x6%) et on obtient un montant de 6.612 euros pour leurs droits d’enregistrement. Catherine et Stéphane économisent donc plus de 10.000 euros.

Le principe de la transférabilité reste d’application

Le nouveau système fait table rase de toutes les réductions et abattements qui existaient jusqu’ici. En revanche, le principe de la « transférabilité » pour l’habitation familiale est maintenu. En cas de vente de votre habitation pour en acheter une nouvelle, les droits d’enregistrement que vous avez déjà payés peuvent ainsi être déduits. Ce montant transférable reste plafonné à 12.500 euros, mais il est désormais indexé. Depuis son instauration en 2002, ce plafond n’avait en effet plus été adapté.

Entrée en vigueur d’ici l’été

La réforme est à présent soumise pour avis au Conseil du logement, au Conseil socio-économique de Flandre (SERV) et au Conseil d’État, mais elle devrait entrer en vigueur d’ici l’été prochain.


* Les droits d’enregistrement ne doivent pas être payés sur la première tranche de 25.000 euros car il s’agit de la première et seule habitation du couple et qu’il va souscrire un crédit hypothécaire : c’est ce qu’on appelle « l’abattement majoré ».

15/03/2018

Recherche urgente : solution de rénovation pour 76.000 appartements belges

130.000 immeubles à appartements en Belgique ont près de 40 ans.

C’est ce qui ressort des chiffres de la Fédération des entrepreneurs généraux en construction (FEGC). Les appartements belges ont urgemment besoin de rénovation. Selon la FEGC, nous avons fait un pas dans la bonne direction en assouplissant la législation sur la copropriété, en offrant des solutions de crédit intéressantes et en apportant de nouvelles techniques de rénovation. Il est temps de relancer la rénovation des appartements. Par www.livios.be

Début 2017, on recensait presque 200.000 immeubles à appartements représentant 1,4 million de logements. Deux tiers des appartements belges ont toutefois plus de 40 ans. Les bâtiments sont faits de matériaux et techniques anciens et ne présentent que de mauvaises performances énergétiques. Environ 26.000 immeubles à appartements présentent des problèmes structurels et 50.000 devraient rencontrer une rénovation en bonne et due forme.

Accélération

Avec le rythme actuel des rénovations de moins de 1% du parc immobilier, il faudra une éternité avant que tous les travaux de rénovation soient réalisés. Pour atteindre les objectifs climatiques de 2050, la FEGC estime que le rythme des rénovations devrait tripler.

En général, les Belges sont conscients de la nécessité des rénovations dans leur appartement, mais sont souvent freinés pour des raisons financières ou de copropriété. Toutefois, il existe de nouvelles techniques de rénovation plus accessibles.

Nouvelles lois

Le Ministre de la Justice, Koen Geens, a décidé d’assouplir la loi sur les copropriétés. Désormais, il sera plus facile pour des copropriétaires de décider des travaux de rénovation. Pour ces derniers, le ministre a réduit la majorité des trois quarts à deux tiers.

Dans le cadre d’une démolition et d’une reconstruction, l’unanimité est requise alors qu’il ne faut que 80% aujourd’hui. Pour les travaux légaux tels que l’isolation, la majorité de 50% plus un est conservée. Afin de faire pression sur les copropriétaires, il a été décidé que les appartements non conformes ne pourraient plus être loués.

Rendre les travaux de rénovation plus accessibles

Selon la FEGC, des mesures urgentes sont également nécessaires pour rendre les travaux de rénovation abordables. Elle propose diverses solutions :

  1. Le crédit d’investissement pour travaux de rénovation

    Grâce à un prêt intéressant des banques, les copropriétaires qui auraient des difficultés à emprunter pourront le faire à un taux abordable. Dans le cadre d’un prêt conjoint pour travaux de rénovation des parties communes de l’immeuble, les copropriétaires ne sont pas solidairement responsables si l’un des emprunteurs ne rembourse pas le montant.
  2. La constitution d’un capital de réserve

    Si chaque copropriétaire investit au moins 5% du montant lié aux travaux d’entretien dans un fonds de réserve à destination des travaux de rénovation, l’effort financier sera limité si des travaux sont effectivement exécutés. Deux remarques doivent être prises en compte : 5% est un montant trop limité et une communication transparente doit être établie sur le fonds de réserve lors de la revente d’un appartement.
  3. L’ajout de construction

    Parfois, es copropriétaires ne disposent pas des ressources suffisantes pour financer des travaux de rénovation. Si un ou plusieurs étages sont autorisés dans le cadre d’une rénovation/reconstruction complète, une partie des travaux pourra être payée avec le bénéfice tiré de la vente des nouveaux appartements.
  4. Démolition et reconstruction

    Face à certains problèmes structurels, la démolition et la reconstruction doivent être privilégiées par rapport à la rénovation. Grâce à un taux de TVA réduit à 6% au lieu de 21%, de nombreux immeubles à appartements peuvent être ainsi reconditionnés.

Plus de possibilités de rénovation grâce à la technologie

Sur un plan technique, il existe de nouvelles techniques de rénovation pour les immeubles à appartements. Non seulement pour évaluer l’état du bâtiment, mais aussi en termes de matériaux, de techniques et de sources d’énergie renouvelables, les choses ont fortement changé.

Ainsi, le professeur Marijke Steeman, spécialiste en physique des bâtiments à l’UGent, propose une nouvelle solution de rénovation. Pour l’isolation des murs extérieurs des appartements, elle préconise l’utilisation de panneaux isolants préfabriqués. En béton ou en bois.

« L’avantage est que le bâtiment reste habitable durant les travaux d’isolation, ceux-ci étant deux fois plus rapides que les travaux d’isolation conventionnels par l’intérieur » explique Marijke Steeman. « Une rénovation avec ces panneaux n’est pas moins chère, mais la rapidité de mise en œuvre permet de récupérer sur le poste main-d’œuvre. »

Auteur: Jolijn Vandebeek

15/02/2018

Les techniciens du froid connaissent un âge d’or grâce à l’épaisse isolation des maisons

Vous avez des difficultés à garder votre maison neuve ou rénovée fraîche?

Vous avez des difficultés à garder votre maison neuve ou rénovée fraîche ? Vous n’êtes pas les seuls ! Les techniciens du froid vivent un âge d’or grâce à l’épaisse isolation de nos murs, sols et toits. « Les gens sont toujours étonnés. Ils pensaient que leur maison resterait fraîche en été. » par www.livios.be

Les pompes à chaleur air/air sont tendance. Une cause importante est la surchauffe liée aux exigences d’isolation plus strictes.

Photo: Daikin Airconditioning Belgium Save

« Il fait parfois trop chaud, même pendant les mois d’hiver. La semaine dernière, nous avons dû ouvrir les fenêtres. En janvier ! »

Photo: Thinkstock Save

« Les gens connaissent l’importance des protections solaires, mais ne tiennent pas compte des gains calorifiques internes des appareils ménagers, par exemple durant la cuisson, ou simplement par la présence de personnes. »

Photo: RENSON Sunprotection Save

Que faire a posteriori si vous remarquez que votre chambre ou votre studio ne refroidit pas durant les journées estivales ? Pour 1.500 euros, hors TVA, vous possédez une solide pompe à chaleur air/air qui vous permet de chauffer, mais aussi de rafraîchir une pièce.

Photo: Daikin Airconditioning Belgium Save

Les pompes à chaleur air/air sont tendance. La vente de systèmes multisplit, pour le chauffage et le conditionnement de la maison, est passée de 7.562 unités en 2015 à 11.424 unités l’année passée. Une augmentation de 66%. Ce sont les chiffres de l’UBF-ACA, l’association belge du traitement du froid et de l’air.

Des exigences d’isolation plus strictes

Le succès de ce type de pompes à chaleur a plusieurs origines. Nous construisons de manière plus compacte et les logements sont le plus souvent des appartements pour lesquels nous avons besoin d’un chauffage efficace qui réagit vite lorsque nous sommes à la maison. Mais une autre cause est la surchauffe liée aux exigences d’isolation plus strictes.

Une croissance spectaculaire

Dave Verhofstadt, installateur, sait de quoi il parle. Son entreprise, Frigo-Techniek à Braaschat, fondée il y a 50 ans par son père, enregistre actuellement un taux de croissance de 30% par an. « Ceci est principalement dû aux problèmes de surchauffe. Par le passé, nous recevions une ou deux demandes de prix par semaine. Aujourd’hui, nous avons chaque jour des personnes qui réclament une climatisation. En outre, nos ventes étaient, avant, centrées sur l’été alors que désormais elles sont stables tout au long de l’année. Le plus drôle est que les gens sont toujours étonnés. Ils pesaient vraiment que leur maison resterait fraîche en été, comme leur avait promis leur architecte. »

Des fenêtres ouvertes en janvier

Les exigences élevées en termes d’isolation provoquent un risque réel de surchauffe toute l’année. Gerry Klompers, rédacteur chez Livios, habite depuis quelques mois dans une nouvelle habitation à Diepenbeek. Il s’est rendu compte de la vitesse à laquelle la température monte dans une maison aussi bien isolée. « Lorsque nous avons déménagé en octobre, le chauffage au sol était déjà en marche. Mais s’il ne fait pas vraiment froid dehors, la température a tendance à vite grimper. Surtout si le soleil brille. Il fait parfois trop chaud, même pendant les mois d’hiver. La semaine dernière, nous avons dû ouvrir les fenêtres. En janvier ! »

Des gains calorifiques en interne

Lieven Verstaen, product manager chez Daikin, leader du marché belge en pompes à chaleur air/air, n’est pas étonné. « Les gens connaissent l’importance des protections solaires, mais ne tiennent pas compte des gains calorifiques internes des appareils ménagers, par exemple durant la cuisson, ou simplement par la présence de personnes. Dans les maisons bien isolées, il est souvent difficile de faire baisser la température, car la chaleur est emprisonnée dans une maison hermétique. La ventilation domestique avec son faible débit et sa récupération de chaleur (système D) n’offre pas de solution. »

Dave Verhofstadt confirme : « nous avons récemment construit en respectant un niveau K de 32. Une bonne isolation donc. Mais dès que l’on nous rend visite, nous devons ouvrir les fenêtres. Il fait directement trop chaud. »

À partir de 1.500 euros

Si vous construisez ou rénovez, il est important d’éviter la surchauffe, par exemple à l’aide de protections solaires ou de verres spécifiques. Mais que faire a posteriori si vous remarquez que votre chambre ou votre studio ne refroidit pas durant les journées estivales ? « Pour 1.500 euros, hors TVA, vous possédez une solide pompe à chaleur air/air qui vous permet de chauffer, mais aussi de rafraîchir une pièce » explique Dave Verhofstadt.

50 euros d’électricité par an

Peur de voir votre consommation d’électricité s’envoler ? « Pas de risque » explique Lieven Verstaen. « Vous n’avez besoin de l’air conditionné que durant les journées les plus chaudes. Pour le chauffage et l’air conditionné, vous devez compter sur 50 euros d’électricité par an et par pièce. »

Mesures préventives

Dans de nombreuses maisons neuves modernes et autres rénovations, il n’y a pas de chauffage central à l’étage, sauf pour la salle de bain. Si vous souhaitez installer un système split par après pour augmenter le confort dans certaines pièces, vous devez prendre certaines précautions. Dave, installateur, explique :

  1. « Faites calculer la puissance nécessaire par un technicien du froid afin que vous puissiez installer le bon espace pour recevoir les éléments techniques de l’air conditionné.
  2. Intégrez un tuyau de drainage et un siphon dans le mur afin d’éliminer l’eau de condensation de l’installation. Celui-ci sera moins facile à installer par la suite.
  3. Placez l’alimentation électrique de 220 volts au bon endroit afin de pouvoir connecter le futur système. »
16/12/2017

L’humidité sur vos murs intérieurs: les causes et les solutions

Si vous avez des problèmes d’humidité sur vos murs intérieurs, il vous faut réagir rapidement...

Si vous avez des problèmes d’humidité sur vos murs intérieurs, il vous faut réagir rapidement. Non seulement ils causent des dégâts substantiels et diminuent la valeur de votre maison, mais ils sont en outre nuisibles pour la santé. Voici quelques tuyaux pour remédier à ce fléau.


LES CAUSES DE L’HUMIDITÉ SUR LES MURS INTÉRIEURS

HUMIDITÉ DE SOL

Si c’est le bas de vos murs intérieurs qui est humide, cela signifie que vous avez probablement affaire à de l’humidité ascensionnelle. Ceci peut être causé par des fondations vétustes non dotées d’une barrière d’étanchéité, et qui absorbent directement l’eau souterraine. Résultat? Des tâches d’humidité, une odeur de renfermé ou des moisissures.

LA SOLUTION?

La solution la plus prisée consiste à injecter un produit hydrofuge dans le mur. Pour ce faire, mieux vaut consulter un corps de métier. Une alternative consiste saigner le mur en fraisant des rainures horizontales dans la maçonnerie. Une barrière d’étanchéité en plastique est introduite par les orifices, ce qui élimine l’humidité ascensionnelle une fois pour toutes.

HUMIDITÉ APRÈS L’ISOLATION DES MURS CREUX

Un problème d’humidité peut aussi survenir après l’isolation tardive d’un mur creux. L’isolation fait que l’humidité domestique ne peut plus être évacuée du logement et s’accumule dans les murs. Les solutions ci-dessus peuvent également faire l’affaire dans ce cas.

INFILTRATION D’EAU PAR LES MURS EXTÉRIEURS

Si vos murs intérieurs sont humides à différentes hauteurs, c’est peut-être en raison d’une infiltration d’eau. Ceci est souvent dû à des pierres de façade vétustes ou à des joints abîmés.

LA SOLUTION?

Généralement, il n’y a qu’une chose à faire : rejointoyer la façade extérieure. Enlevez les joints et remplissez-les. Si les briques extérieures sont elles aussi humides, c’est qu’elles absorbent l’humidité. Dans ce cas, une solution réside dans l’imprégnation par une couche protectrice. Cet enduit repousse l’humidité, si bien que vos briques ne vont plus s’humidifier. Une alternative consiste à appliquer un crépi hydrofuge.

CONDENSATION

Il s’agit de l’humidité produite par le milieu ambiant. Pensez par exemple aux vapeurs provenant de la salle de bain ou de la cuisine. Si la ventilation est insuffisante, l’humidité va s’accumuler sur les murs intérieurs. Attention: la condensation peut être extrêmement néfaste pour votre santé.

LA SOLUTION?

Un système de ventilation efficace peut offrir une solution. Vous avez le choix entre un mode de ventilation naturel ou mécanique, mais il est crucial qu’il fonctionne correctement.

13/11/2017

Isoler comme un pro: voici nos 7 trucs les plus populaires! (par Livios.be)

Souvent, il est assez facile d’isoler une grande partie de son logement soi-même. Non seulement vous économisez sur les heures de travail d’un expert. Vous gagnez en outre de dizaines et même de centaines d’euros en comparant de différents prix.

1. Poser une isolation de sol

Isoler correctement son sol n’est en soi pas très laborieux si l’on examine bien au préalable la situation spécifique de la maison. Il existe en effet différents types d’isolation pour sol.

2. Isoler une toiture plate par l'intérieur

On isole généralement une toiture plate en protégeant sa surface extérieure. Mais cette méthode n’est pas toujours réalisable. Si c’est votre cas, vous pouvez isoler votre toiture par l’intérieur.

3. Isoler une toiture plate de l'extérieur

Si vous voulez vivre confortablement à l’abri d’une toiture plate, vous devez absolument penser à une bonne isolation de toiture. De plus, celle-ci permet de réduire de manière significative les frais de chauffage. Afin d’améliorer le pouvoir isolant d’une toiture existante, il est intéressant de placer des panneaux isolants par l’extérieur.

4. Isoler une toiture inclinée en cinq étapes

Dans la plupart des habitations, le grenier sert d’espace de rangement. Dans ce cas, il suffit d’isoler le sol, de telle sorte que le volume à chauffer dans la maison reste limité. Celui qui veut cependant utiliser son grenier comme une pièce à part entière a donc intérêt à isoler les pentes du toit du grenier.

5. Appliquer correctement de la mousse PU

Tout bricoleur doit avoir chez lui de la mousse PU, à base de polyuréthane. C’est un produit qui répond à de multiples applications pour la finition de plusieurs bricolages de montage et d’isolation. Elle est en outre facile à utiliser.

6. Isoler le sol d'un grenier

Même s’il sert uniquement d’espace de rangement, il est important que vous isoliez votre grenier. Si vous ne le faites pas, vous risquez de gaspiller inutilement beaucoup d’énergie. Heureusement, l’opération n’est pas trop difficile à réaliser soi-même.

7. Isoler portes et fenêtres contre les courants d'air

Des petites interventions simples ont parfois des conséquences importantes. C’est le cas notamment lorsque vous prenez la peine de placer des joints d’isolation aux portes et fenêtres.

20/06/2017

Mettez du soleil dans votre maison avec une véranda!

Une véranda est idéale pour celui qui souhaite profiter au maximum dans sa maison de la chaleur gratuite du soleil. Dans l’entre-saison et même en hiver, un timide soleil suffit à produire une température agréable dans la véranda. D’autre part, il faut aussi veiller à ce que la température ne devienne pas insupportable dans la véranda en été. A quoi faut-il veiller et à qui dois-je m’adresser pour construire une véranda ? Stefan Pachis de DS Verandabouw répond à toutes ces questions.

Source: www.livios.be

Mettez du soleil dans votre maison avec une véranda!

Une véranda est idéale pour celui qui souhaite profiter au maximum dans sa maison de la chaleur gratuite du soleil. Dans l’entre-saison et même en hiver, un timide soleil suffit à produire une température agréable dans la véranda. D’autre part, il faut aussi veiller à ce que la température ne devienne pas insupportable dans la véranda en été. A quoi faut-il veiller et à qui dois-je m’adresser pour construire une véranda ? Stefan Pachis de DS Verandabouw répond à toutes ces questions.

Que coûte une véranda ?

“Difficile à chiffrer, car le prix dépend de multiples facteurs. La taille, le coût d'installation, l'éclairage, la forme, le matériau utilisé … On peut dire que le prix d'une véranda moyenne avec une surface d'environ 21 m² varie entre 15.000 et 25.000 euros.”

Lire plus: cliquez ici

23/05/2017

Quel prêt vous est accessible?

Comment savoir le montant que vous pouvez dépenser pour le remboursement de votre prêt hypothécaire ? Naturellement, la banque pourra vous guider dans ce domaine. Mais nous vous informons d’ores et déjà d’une chose : il existe une règle dite des 33%.

Source: www.livios.be

Quel prêt vous est accessible?

Comment savoir le montant que vous pouvez dépenser pour le remboursement de votre prêt hypothécaire ? Naturellement, la banque pourra vous guider dans ce domaine. Mais nous vous informons d’ores et déjà d’une chose : il existe une règle dite des 33%.

Photo: BNP Paribas Fortis

La première étape est de vous faire une image complète de votre projet et du coût qui en découle. Que coûtera votre nouvelle construction ? Avez-vous l’intention de rénover l’habitation que vous souhaitez acheter ? Seconde étape : un regard lucide sur votre budget, vos revenus et vos dépenses.

La règle des 33%

Selon la règle des 33%, la charge de votre prêt ne peut représenter plus de 33% des revenus du ménage.

Lire plus: cliquez ici

15/04/2017

Que coûte une maison clé sur porte?

C’est un concept bien connu : les constructions clé sur porte. Vous confiez tout le processus de construction à une entreprise qui assure de vous fournir une maison ‘prête à l’emploi’. Pas besoin, dès lors, de chercher l’un ou l’autre entrepreneur ou de comparer les offres. Vous ne devez même pas vous inquiéter de la coordination de la construction. Délicieusement facile ! Mais qu’est-ce que cela coûte ?

Source: www.livios.be 26/10/2016

Que coûte une maison clé sur porte?

C’est un concept bien connu : les constructions clé sur porte. Vous confiez tout le processus de construction à une entreprise qui assure de vous fournir une maison ‘prête à l’emploi’. Pas besoin, dès lors, de chercher l’un ou l’autre entrepreneur ou de comparer les offres. Vous ne devez même pas vous inquiéter de la coordination de la construction. Délicieusement facile ! Mais qu’est-ce que cela coûte ?

Nous nous basons sur une maison présentant une superficie de 160 m² avec trois chambres. La maison doit répondre aux exigences du PEB de 2017 (E50). Le terrain à bâtir n’est pas compris. Nous avons demandé les prix et informations à trois entreprises de maisons clé-sur-porte : Blavier, Thuis Best et AVL WoningBouw.

Lire plus: cliquez ici

06/03/2017

Comment organiser au mieux votre budget?

Vous rêvez d’une maison, mais vous ne savez pas si le projet est viable. Il est temps de visualiser votre situation financière et de lister vos propres préférences. Ce n’est qu’après cette démarche que vous pourrez prendre des mesures concrètes. Comment cela fonctionne ?

Source: www.livios.be 06/03/2017

Comment organiser au mieux votre budget?

Vous rêvez d’une maison, mais vous ne savez pas si le projet est viable. Il est temps de visualiser votre situation financière et de lister vos propres préférences. Ce n’est qu’après cette démarche que vous pourrez prendre des mesures concrètes. Comment cela fonctionne ?

Avec des fonds propres, les banques sont plus disposées à autoriser le prêt. Commencez votre épargne assez tôt. Un prêt, c’est aussi une histoire de négociations et encore de négociations.

Le montant dont vous pouvez vous passer, tous les mois, simplement pour une habitation ? Comptabilisez vos charges locatives mensuelles et le montant que vous épargnez chaque mois.

Épargnez pour constituer des fonds propres

Une épargne est très importante lorsque vous projetez de construire. Pourquoi ? Vous pouvez toujours emprunter ? Oui, mais l’importance des fonds propres croît. Auparavant, vous pouviez emprunter équivalent à 100% du coût total de votre future maison. Aujourd’hui, les banques réclament 20% de fonds propres sur le total de la somme nécessaire.

Avec des fonds propres, les banques sont plus disposées à autoriser le prêt. Commencez votre épargne assez tôt. Les banques peuvent vos aider avec des épargnes dédiées et des formules d’assurances. Elles présentent le plus souvent des avantages fiscaux. Épargner revient donc à profiter deux fois de ses efforts.

Lire plus: cliquez ici